Transports en vacances : 10 astuces Zéro déchet

La période estivale arrive, et avec elle, les vacances bien méritées !!! Le Zéro Déchet à la maison, tu gères. Mais pour ce qui est de l’extérieur, c’est beaucoup plus difficile (et c’est normal!). Voici 10 astuces que j’ai adoptées et qui, j’espère, t’aideront à réduire tes déchets lors de tes voyages.

  • Le e-billet, tu adopteras

Je télécharge systématiquement l’application des compagnies (ferroviaire ou aérienne), ce qui me permet de présenter mes billets directement sur smartphone. Et parce que je suis une grande stressée du manque de réseau, je fais une capture d’écran de mon billet pour ne pas avoir de souci et pouvoir le dégainer rapidos aux contrôleurs. Idem pour les diverses informations à avoir (plan du métro, récapitulatif voyage, etc…), que tu peux garder bien au chaud dans ton smartphone.

giphy-7.gif

Quand je ne retrouve plus mon e-billet…

  • L’avion, tu éviteras

Au concours du plus gros pollueur, l’avion remporte la palme haut la main! Pour les trajets en France, je compare systématiquement les offres TRAIN, BUS et COVOITURAGE. Mon choix se fait alors en fonction des temps de trajet, du nombre de correspondance et du prix. Je me souviens de ce Montpellier-Clermont, avalé en 4h de bus à 19€, contre 7h de train à plus de 100€. Hum hum !

  • Le covoiturage, tu pratiqueras

Quand j’habitais en France, on partait souvent en voiture, pour avoir une liberté de mouvement, une flexibilité au niveau des horaires et des bagages. Nous organisions assez tôt nos trajets pour les proposer à des covoitureurs, et jusqu’à présent nous n’avons eu que des expériences positives. Au pire du pire, le voyageur se murait dans un silence sans faille pendant 6h. Mais il ne puait pas, c’est déjà ça! (cliché du jour, bonjour).

Je pratique également le covoiturage en tant que passagère depuis assez longtemps. Même pour me rendre sur mes lieux de stage quand j’étais étudiante! Je n’avais pas de voiture à l’époque et au lieu de me taper 1h de train froid, mon covoitureur venait me chercher en bas de chez moi, berline chauffée et fond sonore sympatoche …que de bons souvenirs ! Comme quoi covoiturage ne rime pas toujours avec confort rudimentaire. Ca rime quand même, souvent. (cliché du soir, bonsoir!)

giphy-8.gif

Covoiturage, version Luxe

J’utilise depuis longtemps la célèbre plateforme en ligne qui vaut maintenant 1,2 milliard de dollars, mais je préfère te conseiller d’aller aussi voir d’autres sites comme Covoiturage-libre ou Roulez malin, qui ne prennent pas de frais. Depuis peu, en effet, le pourcentage de frais atteint des records sur ce site qui valait des milliards (en même temps il faut bien les gagner, ces milliards!)

  • Au télé-péage, tu t’abonneras

En plus de t’éviter de longues files d’attente, il te fera éviter les tickets de péages, déchets non négligeables! Bon, cette astuce,  c’est une idée de dernière minute, pour arriver à « 10 astuces ». Sinon ça faisait que 9, chiffre impair, pas top. Quoique, 9, c’est mon mois de naissance, pas si mal non plus. J’hésite à retirer du coup cette partie… si tu lis ces lignes, ben, ouais voilà! 10 astuces alors. Plus que 6 ! On continue?

  • Un thermos, une gourde ou un mug, tu adopteras

Pas besoin de te faire un argumentaire sur le nombre de bouteilles en plastique qui se retrouvent dans les gorges d’animaux marins… Pour le bus, le train et la voiture, aucun problème d’organisation. Tu as juste à préparer ton contenant et ta boisson avant de partir. Les nombreux cafés et stands de restauration sont de bons endroits pour refaire le plein en cours de voyage. En voiture-bar du TGV, c’est quitte ou double. Faut bien tomber (ça m’est arrivé une seule fois que la nana me serve de l’eau, je pense que c’était sa bouteille perso. Si par le plus grand des hasard tu es cette fille et que tu me lis, tu es une personne merveilleuse ** merci **).

Reprenons notre déroulé. Donc, les boissons. A l’aéroport, en revanche, tu ne peux pas passer les douanes avec de l’eau. Sache-le. Mais une fois les contrôles passés, il y a souvent des fontaines à eaux ou bien des bars où tu peux demander de l’eau potable, ou acheter une boisson chaude et te la faire servir dans ton mug/thermos/gourde. Pense donc à apporter ton contenant vide, ou à le vider juste avant de passer les douanes…

giphy-9.gif

…comme ça !

Pendant le vol, on te sert de l’eau gratuitement, et on laisse même des boissons à l’arrière de l’avion en libre-service (sauf compagnies crevardes et low cost, mais alors ce sont souvent des vols courts, tu ne mourras pas de soif, a priori). Les stewards et hôtesses ont toujours accepté de me servir les boissons dans mes contenants. Alors, ouais, ça efface pas les bouteilles d’eau, mais ça « économise » quelques gobelets en plastique, c’est déjà ça! Les chercheurs sont sur le point de trouver un moyen d’avoir de l’eau potable en vol mais se heurtent à quelques écueils (si tu veux contribuer à la rechercher : commentavoirdeleaupotabledanslesairs.com).

  • Le bocal, tu testeras

Petite astuce qui date de l’époque où je n’avais pas de thermos : un bocal en verre, tout simple, peut bien te dépanner. La grande ouverture permet un service facile des boissons, et ça peut même faire double emploi : lunch box pour le midi (petite salade de n’importe quoi, tranquille, posée, pépère, tu vois) et contenant à eau pour le reste de ton trajet.

DSC_0926.jpg

Première sortie du bocal

  • Tes accessoires, tu sélectionneras

D’une manière générale, c’est beaucoup plus agréable d’avoir ses propres accessoires. J’ai une pochette qui comprend tout un attirail de voyage et que je réserve aux longs voyages en avion (bandeau pour les yeux, boules Quiès, chaussettes, gros gilet, tour de cou). Cela me permet de ne pas utiliser les accessoires emballés mis à disposition.

Cas particulier : les écouteurs dans l’avion. La prise est spéciale (deux trous au lieu d’un), et les écouteurs fournis sont emballés dans 2 couches de plastique. De mémoire.

Si tu as déjà tes écouteurs, tu peux investir dans un adaptateur pour écouteurs (4€). C’est à mon sens la meilleure option, et la plus qualitative. Si tu n’en a pas, prends les écouteurs de l’avion et réutilise-les à l’infini (et au-delààà!).

  • Les moments de faiblesse, tu anticiperas

Les moments de transit et d’attente sont de véritables défis. Dans ces moments, la fatigue et l’ennui nous guettent, acheter quelque chose à manger ou à boire permet souvent de faire passer le temps. Pareil pour les confiseries en tout genre, les magazines, les produits de beauté, et j’en passe…  Il faut donc prévoir de quoi t’occuper (bouquin, écriture, travail, séries) et de quoi te nourrir dans ces moments (sandwichs maison, fruits frais et secs, noix). Les cafés, servis sur place dans des tasses en porcelaine, sont de bonnes options pour faire passer le temps en mode Zéro Déchet.

giphy-12.gif

Moi en transit, refusant gadgets et confiseries…

Dans l’avion, mon moment de faiblesse ultime est le moment du repas ! Il m’est arrivé ces derniers mois d’enchaîner un vol court après un long courrier. Là j’ai refusé les biscuits apéro et j’ai demandé qu’on me serve ma boisson directement dans mon thermos. Facile, Emile. Pareil dans le long-courrier, pour la boisson, on était bon Gaston! Mais le moment du repas chaud, je n’ai pas pu résister à la douce odeur de poulet sauce curry avec son riz basmati parfumé au cumin, agrémenté de raisins secs, contenus dans des récipients en plastique à usage unique et simplement emballés par des couches de cellophane et autres joyeuseries…

Pourtant, il est tout à fait possible d’apporter sa propre nourriture. Les fruits et les sandwichs passent très bien. Attention aux textures trop « liquides » de type purées, qui peuvent être confisquées lors des passages en douane, alors évite le sandwich à la purée. Si, vraiment. Evite.

  • Un carnet de voyage, tu fabriqueras

Le journal de voyage est un bon ami Zéro Déchet! En plus de développer ta créativité, il te permet de donner une seconde vie à tous les petits déchets difficilement évitables (billets, tickets et pass en tout genre, plans et cartes de métro ou de bus, emballage du paquet de chips sur lequel tu as craqué – allégorie de l’enfer consumériste) Fais-toi plaisir !

  • Le zéro déchet, tu répandras

Ca y est, tu es armé pour réduire tes déchets dans les transports! Récapitulons : tu refuses les achats inutiles, tu anticipes en te préparant à manger et tu  n’oublies pas ton thermos, ta serviette en tissu, et tes accessoires. Bon, c’est sûr qu’à partir du moment où tu te déplaces, il sera difficile d’atteindre le zéro impact au niveau environnemental (pollution, déchets liés à la construction du véhicule et à la construction de ton smartphone, etc…etc…) mais tu auras fait ta part et tu auras montré à tes voisins que c’est possible !

giphy-11.gif

Quand tu répands le mouvement Zéro Déchet autour de toi !

Et toi, quelles sont tes astuces pour voyager zéro déchet ?
Tes défis à relever dans ce domaine ?

Publicités

Une réflexion sur “Transports en vacances : 10 astuces Zéro déchet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s